Logo Rock Giguère Bienvenue sur le site officiel de Rock Giguère

Écrivain, Auteur, Animateur, Conférencier


Rosmarinus officinalis ‘Huntington Carpet’




Rosmarinus officinalis   Rosmarinus officinalis   Rosmarinus officinalis
Sélectionner une image pour la voir en taille réelle.



DÉNOMINATION ET ORIGINE :
Nom botanique : Rosmarinus officinalis ‘Huntington Carpet’.
Synonymes : aucun.
Nom du cultivar : ‘Huntington Carpet’.
Nom commercial : Rosmarinus officinalis ‘Huntington Carpet’.
Nom commun français : romarin officinal ‘Huntington Carpet’, rose marine ‘Huntington Carpet’, herbe aux couronnes ‘Huntington Carpet’, encensier ‘Huntington Carpet’, rosmarin ‘Huntington Carpet’, rosmarin encens ‘Huntington Carpet’, romarin des troubadours ‘Huntington Carpet’ et prince des aromates ‘Huntington Carpet’.
Nom commun anglais : Huntington carpet rosemary, Huntington carpet prostrate, creeping rosemary ‘Huntington Carpet’.
Famille : Lamiacées.
Origine de l'espèce : Nord de l’Afrique (Algérie, Lybie et Tunisie), de l’Asie (Turquie et Chypre) et de l’Europe (Grèce, Italie, France, Portugal et Espagne).
Sélectionneur : non disponible.
Année : non disponible.
Croisement ou sélection : non disponible.
Commercialisé par : Ball Horticultural Company (Nordic Nurseries).


DESCRIPTION :
Type : arbuste vivace non rustique au Québec.
Port : prostré et retombant. Sa forme est plus compacte que celle du cultivar ‘Prostratus’.
Croissance : lente.
Hauteur : 15 à 30 cm (6 à 12 po). Cette dimension est plus importante dans les régions où ce plant est rustique.
Largeur : 60 à 90 cm (2 à 3 pi). Cette dimension est plus importante dans les régions où ce plant est rustique.
Écorce et tige : les tiges du romarin ‘Huntington Carpet’ sont ligneuses et prostrées. Elles forment cependant moins de bois que les autres formes prostrées de romarin.
Feuillage : ce cultivar arbore des feuilles persistantes vert sombre au dessous blanc, coriaces, linéaires et étroites. Elles ressemblent aux aiguilles d’un conifère. Les feuilles sont fortement aromatiques.
Floraison : cet arbuste produit des grappes de fleurs tubulaires bleu foncé qui contrastent bien avec le vert foncé de ses feuilles. La floraison est de longue durée.
Parfum : le feuillage du romarin officinal dégage des effluves camphrés.
Fructification : N/A.
Récolte : on consomme les feuilles et les fleurs qui doivent être utilisées préférablement fraiches. Elles sont donc coupées au besoin et elles peuvent être cueillies en tout temps. Cette herbe méditerranéenne accompagne bien les viandes blanches comme le lapin, le veau et la volaille. On l’utilise aussi pour masquer le goût fort du mouton et de l’agneau. Les fleurs peuvent décorer la salade.


CULTURE :
Sol : sol bien drainé, pH entre 5,5 et 7,5. Un site sec et chaud lui convient parfaitement. Le romarin se comporte très bien dans un sol pauvre.
Exposition à l'intérieur : le plant peut être cultivé à l’intérieur durant l’hiver, dans un endroit bien éclairé, avec beaucoup de soleil, préférablement devant une fenêtre donnant sur le côté sud. Si la luminosité n’est pas assez importante, il faut le cultiver sous une lumière artificielle.
Exposition à l'extérieur : en plein air, une exposition bien ensoleillée est recommandée pour la culture de cet aromate.
Rusticité : non rustique au Québec (zone 8).
Température idéale : à l’extérieur le romarin croît bien à la chaleur. Il doit être entré à l’intérieur dès les premiers risques de gel au sol, si on veut le cultiver durant l’hiver. À l’intérieur, la température ne devrait pas dépasser 10º C.
Température minimale : 1º C.
Protection hivernale : N/A.
Arrosage : au début de sa croissance, il faut l’arroser régulièrement pour que le plant développe un bon système de racine. Ensuite, une condition sèche à modérée lui convient bien : une petite sécheresse entre chaque arrosage donne un plant compact et un parfum fort.
Fertilisation : on peut lui donner une demie dose d’engrais soluble aux deux mois. Si le sol est trop fertile le plant devient moins compact qu’un romarin cultivé en sol plus pauvre. En hiver, on arrête les engrais.
Taille : aucune.
Vulnérabilité : on doit veiller à ce que son sol de culture ne soit pas détrempé. Cet aromatique se défend généralement bien contre les insectes lorsqu’il est cultivé à l’extérieur. À l’intérieur, le romarin peut être attaqué par les pucerons et les araignées rouges ou par le mildiou poudreux.
Attention particulière : il faut s’assurer que le sol de culture est bien drainé. Lorsque ce romarin est cultivé en contenant è l’extérieur, il faut donc veiller à ce que les trous de drainage ne soient pas bloqués. Comme condiment, il faut l’utiliser avec précaution, car son goût est puissant.


AMÉNAGEMENT :
Prix ou honneur horticole : The International Herb Association (IHA) a nommé le romarin comme l’herbe de l’année en 2000.
Valeur décorative : son feuillage vert sombre, ses fleurs tubulaires bleues, le contraste entre la couleur de son feuillage et celui de ses fleurs, son port retombant en contenant.
Intérêt particulier : son port rampant et retombant, sa petite taille, une maintenance minimale, son parfum camphré, son utilité en cuisine, son utilisation en infusion.
Utilisation générale : comme cet arbuste n’est pas rustique sous nos climats, on le cultive le plus souvent en contenant dans nos jardins. Il convient donc parfaitement en potée sur la terrasse, le patio, le balcon ou le bord des fenêtres. On peut aussi le cultiver dans les rocailles ou sur un muret.
Plantes compagnes : la sauge officinale au feuillage panaché ‘Icterina’ (Salvia officinalis ‘Icterina’).


Renseignements utiles : le romarin est un insecticide naturel : cultivé dans un potager, il éloigne plusieurs insectes comme la mouche de l’oignon et la piéride du chou. Les cultivars obtenus à partir de semis ne donnent pas des plants similaires aux parents. Le romarin fait partie des «herbes de Provence». Il est le symbole de l’amour. Le miel obtenu à partir du romarin est réputé. Il est souvent utilisé en parfumerie (l’eau de la Reine de Hongrie, les eaux de Cologne).


Cultivars apparentés : ‘Blue Boy’
‘Blue Rain’
‘Cascade’
‘Corsican Blue’
‘Corsican Prostrate’
‘Creeping’
‘Haifa’
‘Humili’
‘Irene’
‘Ken Taylor’
‘Kenneth’s Prostrate’
‘Kenneth’
‘Lockwood Variety’
‘Mrs. Howard’s Creeping’
‘Portugese’
‘Primley’s Blue’
‘Prostratus’ (Syn. ‘Lavandulaceus’)
‘Punta di Canelle’
‘Santa Barbara’
‘Seven Seas’
‘Shimmering Stars’
‘Standard Prostrate’
‘Viconte de Noailles’

Rock Giguère
2008-02-08
Rock Giguère, 8 rue des Épinettes, Sainte-Aurélie (Québec), G0M 1M0
Tél : (418) 593-3694, Courriel :rockgiguere@hotmail.com
© 2006-2014 Rock Giguère Tous droits réservés. Réalisé par Dominic Denis.